Projet Sangomar

A LA UNE

Le MMA Pinacle qui est un Multi-Purpose Support Vessel (MPSV) ou Navire de soutien polyvalent, est arrivé à Dakar ce 06 janvier 2022 pour des travaux sous-marins.

Le MMA PINNACLE (IMO: 9696187) de MMA OFFSHORE est un Offshore Supply Ship construit en 2016 et naviguant sous pavillon Malaisien.
Sa capacité de charge est de 2426 t DWT et son tirant d’eau actuel serait de 5,5 mètres. Sa longueur hors tout (LOA) est de 87,8 mètres et sa largeur est de 22 mètres.
Fondée en 1989 et cotée à l’Australian Securities Exchange en 1999, MMA est l’un des plus grands prestataires de services maritimes de la région Asie-Pacifique.

Pour rappel, la campagne de forage des puits de développement du champ Sangomar a débuté le mercredi 14 juillet 2021.
L’appareil de forage Ocean BlackRhino est arrivé, le 10 juillet 2021, à l’emplacement du premier puits de développement, dénommé SNP-20, du champ Sangomar. Le puits SNP-20 fait partie des 21 puits de développement de la phase 1 du projet, qui permettront de produire à partir du quatrième trimestre 2023 près de 100 000 barils de pétrole par jour.

Par ailleurs, la PDG par intérim de Woodside, Meg O’Neill , a déclaré que le début du forage marquait une étape importante vers la livraison de la phase 1 du développement du champ de Sangomar. “Nous sommes heureux d’annoncer le lancement de ces opérations, qui apportent la réalisation de l’industrie pétrolière au Sénégal un un pas de plus important. »

« La coentreprise RSSD (Rufisque, Sangomar, Sangomar Deep) a pris la décision finale d’investissement en janvier 2020, et les travaux visant à développer la ressource de classe mondiale de Sangomar se sont poursuivis depuis. », a-t-elle déclaré.

Les puits seront forés par deux navires de forage, l’Ocean BlackRhino de Diamond Offshore et l’Ocean BlackHawk. L’Ocean BlackRhino est arrivé dans les eaux sénégalaises le 8 juillet 2021 et l’Ocean BlackHawk arrivera mi-2022.  Lire Plus

Le gisement de Sangomar* (ex SNE) a été découvert en 2014 avec le forage du puits SNE-1. L’association CAIRN Energy, CONOCCOPHILIPS, FAR Limited et PETROSEN a entrepris, entre fin 2015 et 2018, l’évaluation de ce gisement avec le forage de 8 puits. Les réserves récupérables sont estimées à  près de 630 millions de barils de pétrole. Le gisement renferme aussi du gaz naturel associé et non associé dont les réserves sont de l’ordre de 4 TCF (113 milliards de Nm3).

En juin 2021, les autorités sénégalaises ont approuvé l’opération de vente des 15 % de parts la société pétrolière australienne FAR dans le projet pétrolier de Sangomar, à sa compatriote Woodside Energy.

La transaction a été conclue pour 45 millions de dollars que Woodside versera à FAR, avant de rembourser sa part du fonds de roulement pour le projet d’environ 67 millions de dollars. A cela, s’ajoutera un versement de 55 millions de dollars comme droits relatifs à certains paiements conditionnels de FAR.

Cette opération offre officiellement à Woodside 90 % des intérêts du projet pétrolier de Sangomar, le reste des parts étant contrôlé par la société nationale PETROSEN.

Avant cette opération de cession, après l’approbation par l’Arrêté No 26164 du 18 novembre 2020 de la transaction entre Capricorn filiale de Cairn Energy et Woodside Energy Senegal , la répartition des participations s’établissait comme suit:

Arrêté No 26164 du 18 novembre 2020 portant approbation totale des Droits Capricorn - Woodside

Le gisement Sangomar sera développé en plusieurs phases. La première phase dont la Décision finale d’investissement a été prise le 09 janvier 2020, fera l’objet du forage de 23 puits de production, d’injection d’eau et de gaz. La production de pétrole débutera début 2023 via un FPSO avec une capacité maximale de production journalière de 100 000 barils. La phase 1 du développement visera la production de ~ 231 millions de barils (231 MMbbl) de ressources pétrolières (P50 brut).

L’alliance entre Subsea7 et OneSubsea va réaliser les infrastructures sous-marines qui permettront en 2023 la mise en production du champ: 23 puits et de nombreuses autres structures

Subsea Integration Alliance – alliance entre les entreprises britannique Subsea 7 et américaine OneSubsea – « a remporté un très gros contrat pour la réalisation des infrastructures sous-marines de la phase 1 du développement du champ Sangomar, au large du Sénégal », avait informé la partie britannique le 10 janvier 2020.

Subsea 7 qualifie un contrat de très gros contrat lorsque la part de l’entreprise dans l’engagement est comprise entre 500 millions et 700 millions de dollars.

Le contrat, confirmé au cours de la première décade du mois de janvier 2020 après la décision finale d’investissement, couvre l’ingénierie, l’approvisionnement, la construction, le transport et l’installation du dispositif SURF (ombilicaux, risers et flowlines sous-marins) et des systèmes de production sous-marins associés.

Le développement comprendra 23 puits [dont 11 puits producteurs, 10 puits d’injection d’eau et deux d’injection de gaz, NDLR], 107 km de conduites rigides, 28 km d’élévateurs flexibles et 45 km d’ombilicaux dans des profondeurs d’eau comprises entre 700 et 1 400 mètres, a précisé Subsea 7.

Le projet sera conçu dans les usines de Subsea 7 Global Project Centre à  Sutton (Royaume-Uni) et Suresnes (France). Une base au Sénégal servira à  la réception/stockage et au test des équipements.

Les travaux en mer se dérouleront entre 2021 et 2023, selon le calendrier ci-après.

Il est prévu, deux ans après le démarrage de la production de pétrole, la production de gaz naturel dédiée à  la production d’électricité. Il sera, par ailleurs, extrait du GPL qui sera vendu sur le marché local.

Historique du développement du champ pétrolifère de Sangomar

Le FPSO (Floating Production Storage and Offlaoding ou unité Flottante de Production, de Stockage et de Déchargement est un bà¢timent pour le traitement et le stockage des hydrocarbures et le stockage du pétrole, du gaz naturel ou des huiles produits en mer) sera installé vers la périphérie Est du champ SNE, à  une profondeur d’eau de 800 m. La longueur de l’unité FPSO sera d’environ 300 m, tandis que sa largeur atteindrait 60 m.
L’unité FPSO abritera un réservoir de stockage de pétrole d’une capacité de 1,5 million de barils.


Le système sous-marin du projet comprendra jusqu’à  107 km de conduites rigides, 28 km d’élévateurs flexibles et 45 km d’ombilicaux.

Les lignes de production ou Flowlines du champ de Sangomar transporteront les fluides entre les puits et le FPSO.

Selon la conception finale, la plateforme nécessitera une main-d’œuvre opérationnelle de 80 à  125 personnes, ainsi que des services logistiques et autres services de soutien fournis par Woodside et des installations gérées par des entrepreneurs au Sénégal.

Principaux prestataires impliqués

  • Décembre 2020: L’entrepreneur japonais FPSO Modec a remporté un contrat avec Woodside pour l’exploitation et la maintenance du FPSO Sangomar au Sénégal. L’accord fait suite à  un contrat signé en janvier pour Modec afin de livrer le FPSO pour le développement du champ de Sangomar – le premier développement offshore du Sénégal.Le contrat d’exploitation et de maintenance couvrira toutes les activités d’installation et de mise en service dans le pays, à  l’issue desquelles une période initiale d’exploitation et de maintenance de 10 ans commencera. Les options de prolongation sont incluses pour chaque année après le terme initial de 10 ans pour un maximum de 10 ans supplémentaires.
  • Octobre 2020: Subsea 7 a attribué à  Nexans un contrat pour la conception et la fabrication de 46 km d’ombilicaux pour le champ exploité par Woodside. Subsea 7 est le maître d’œuvre responsable des systèmes de production sous-marins intégrés au service du projet Sangomar.Nexans a déclaré que les ombilicaux seraient construits dans ses installations de Halden en Norvège. Les ombilicaux fourniront des services hydrauliques, de contrôle et d’instrumentation pour le FPSO à  installer sur le terrain et pour l’infrastructure sous-marine associée. Nexans livrera 13 471 mètres d’ombilicaux dynamiques qui seront installés du nord au sud. Il fournira également 9 503 mètres d’ombilicaux statiques principaux, 8 719 mètres d’ombilicaux de production dans le champ et 14 650 mètres d’ombilicaux à  injection dans le champ au cours des quatre phases ultérieures de développement. Nexans n’a pas fourni de détails financiers sur l’opération.
  • Septembre 2020: Jutal Offshore Oil Services a obtenu un contrat de SOFEC pour fabriquer un système d’amarrage à  tourelle externe pour le projet Sangomar de Woodside au large du Sénégal. Jutal Offshore Oil Services devrait commencer la construction du système d’amarrage à  tourelle externe de 3 500 tonnes en janvier 2021. La livraison de l’unité est prévue pour fin juin 2022.
  • Juillet 2020: La Division Subsea Production Systems de National Oilwell Varco (NOVs) a obtenu un contrat important de Subsea 7 pour la fourniture d’un système de pipeline flexible comprenant jusqu’à  huit colonnes montantes (risers) dynamiques installées dans une configuration à  ondes paresseuses et jusqu’à  47 jumpers et flowlines associés portée d’environ 28 kilomètres (km) de conduites flexibles et des composants auxiliaires associés pour le projet de phase 1 de développement du champ de Sangomar.
  • Février 2020: Shawcor, par le biais de sa division de revêtement de tuyaux, a obtenu un contrat de Subsea 7 pour fournir des services de revêtement d’isolation thermique pour le projet offshore Woodside Sangomar au Sénégal. Les travaux devraient être exécutés à  partir de l’usine de Shawcor à  Orkanger, en Norvège, à  partir du premier trimestre 2021 et s’achever au deuxième trimestre 2021. La valeur du contrat est de l’ordre de 30 millions CAD à  50 millions CAD (22,67 millions USD – 37,79 millions USD). Les lignes de production seront revêtues extérieurement d’un revêtement anticorrosion et d’isolation thermique.
  • Janvier 2020: Modec, une filiale de Mitsui Engineering & Shipbuilding, a obtenu un contrat de Woodside Energy, pour la fourniture d’un FPSO à  déployer à  Sangomar. Le FPSO sera capable de traiter 100 000 barils de pétrole brut par jour, 130 millions de pieds cubes standards de gaz par jour, 145 000 barils d’injection d’eau par jour et aura une capacité de stockage minimale de 1 300 000 barils de pétrole brut. La livraison du FPSO est prévue pour début 2023. MODEC a remporté un contrat de conception technique frontale (FEED) du FPSO en février 2019 et a maintenant obtenu le contrat de vente du FPSO au projet.
  • Janvier 2020: Subsea Integration Alliance (SIA), un consortium de OneSubsea, Schlumberger et Subsea 7, a obtenu un très gros contrat de Woodside Energy, une filiale de Woodside Petroleum, pour l’ingénierie, l’approvisionnement, la construction, le transport et l’installation des ombilicaux Subsea, des risers et le système Flowlines (SURF) et les systèmes de production sous-marins associés (SPS) pour le développement de 23 puits, de conduites rigides, 28 km d’élévateurs flexibles et 45 km d’ombilicaux à  des profondeurs d’eau comprises entre 700 mètres ( m) et 1400 mètres, dans le cadre du projet de développement de la phase 1 du champ Sangomar. Les activités offshore se dérouleront sur les navires de reellay, flex-lay et de construction légère de Subsea 7 de 2021 à  2023.
  • Août 2019: Halliburton a obtenu neuf contrats conditionnels de Woodside Energy (Sénégal), une filiale de Woodside Petroleum, pour la fourniture de services de forage, d’exploitation forestière, de cimentation, de finitions inférieures, de ligne électronique / slick, de tubes enroulés et de services de test de puits pour SNE Field Phase de développement 1 au large du Sénégal. La campagne de forage, qui doit commencer au début de 2021, consiste à  forer et à  compléter 18 puits avec jusqu’à  huit puits optionnels sur une période estimée de 3 à  4 ans. Les contrats sont conditionnels à  une décision finale d’investissement (FID) positive et à  la libération totale du financement (FFR) de SNE Field Development.
  • MODEC International a remporté le contrat FEED pour le FPSO en février 2019.
  • Subsea Integration Alliance, une joint-venture entre OneSubsea, Schlumberger et Subsea 7, a remporté le contrat FEED pour l’infrastructure sous-marine du projet en décembre 2018.
  • Doris Engineering a obtenu le contrat de conseil du ministère sénégalais du Pétrole et des Energies pour la revue de l’optimisation du développement du champ pétrolifère SNE devenu Sangomar, en janvier 2019.
  • Earth Systems et Xodus Group ont été engagés pour la réalisation de l’étude d’impact environnemental et social (EIES) du projet.
  • Transocean a fourni les plates-formes de forage pour les activités d’exploration et d’évaluation pour le développement du champ pétrolifère de Sangomar (ex-SNE).

Retombées attendues

Sangomar requiert un investissement pour la phase 1 estimé à  environ 4,2 milliards de dollars américains avant le premier baril de pétrole en 2023. L’optimisation des coûts des contrats de forage, des systèmes de production sous-marins et des installations associées a eu une incidence positive sur les coûts de développement du champ.
Contrat de partage de production de SANGOMAR disponible ici
Les conditions fiscales du Contrat signé en 2004 incluent un recouvrement des coûts pétroliers de 75% pour les entreprises, une part de profit (profit oil hors profit de PETROSEN) de l’Etat entre 20-25% et l’impôt sur les sociétés de 30%. Le pays importe actuellement tous les produits pétroliers pour un coût annuel de 777 à  888 millions de dollars par an, selon la Banque mondiale.

La loi sur le contenu local (loi 2019-04 et ses décrets d’application) suscite également beaucoup d’espoir afin de permettre de maximiser les retombées de l’exploitation pétrolière sur l’économie sénégalaise.

Egalement, dans le cadre du projet d’augmentation des capacités et d’adaptation des unités pour le traitement du brut Sangomar (ACATBS) conduite par #TechnipFMC, la SAR se modernise pour traiter le pétrole sénégalais. La raffinerie de la SAR (mise en service en 1963) qui a une capacité de traitement de 1,2 mtpa. Cette raffinerie de conception très simple (avec une unité de Distillation et un Reformeur Catalytique) produit annuellement 1,1 millions de tonnes soit environ 45% des besoins du marché local avec du pétrole brut peu soufré importé du Nigéria (Erha, Bonny light, Qua-Iboe, Escravos).

La mise en œuvre du projet ACATBS  va contribuer significativement à  la sécurisation de l’approvisionnement du pays en produits pétroliers en quantité et en qualité mais également il va permettre de raffiner le pétrole Sénégalais sur son territoire pour la consommation nationale et ou pour la réexportaton vers les pays limitrophes.

Pour en savoir plus sur le secteur des hydrocarbures, voir notre page

Aperçu du secteur – Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives du Sénégal (itie.sn)

Projet Gazier – Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives du Sénégal (itie.sn)

Pour mieux comprendre le Concept de Développement et d’Exploitation de Sangomar, voir la vidéo

https://youtu.be/0GuVRJ_n01w

NOTA

*Dans la mythologie sérère (les sérères forment, en nombre, la troisième ethnie du Sénégal, après les Wolofs et les Peuls), Sangomar signifie le «village des ombres», le lieu de rassemblement du visible et de l’invisible. C’est un lieu de confluence, sur une île inhabitée avec des baobabs majestueux, mythiques et mystiques au large de la côte de Djifère. Ce lieu sacré est considéré comme un sanctuaire de la religion traditionnelle Sérère.
De Sangomar, le Président Léopold Sédar Senghor avait déjà  parlé
en le célébrant dans son recueil de poèmes « Nocturne » : «Je t’ai offert
des fleurs sauvages, dont le parfum est mystérieux comme des yeux
de sorcier. Et leur éclat à  la richesse du crépuscule à  Sangomar».
Léopold Sédar Senghor était originaire de Joal, l’un des centres
de pêche régionaux et des villes les plus proches du champ de
Sangomar.
Sangomar est l’un des points géographiques les plus proches du champ pétrolier est un îlot en forme de flèche littorale située dans l’océan Atlantique, à  l’embouchure du Saloum.

Top