Awa Marie Coll Seck : Une femme brillante à  la tête du Comité national ITIE

By Ibrahima BALDE on Mai 06 in Actualités.

Aujourd’hui, alors que le Sénégal est entré dans l’ère du pétrole et du gaz avec d’importants gisements qui seront très bientôt exploités, Eva Marie Coll Seck se retrouve aux commandes d’un organisme très important. L’Itie qui a été lancée il y a quinzaine d’années à  l’initiative de l’Angleterre, repose sur une déclaration de principes d’une cinquante de pays ayant des industries extractives dont le but est de favoriser plus de transparence sur les paiements et revenus du secteur à  travers la publication de leurs montants exacts sous une forme complète et compréhensible. Un exercice auquel le Sénégal s’est livré avec brio, pour être classé, l’année dernière, aux rangs de premier pays africain, et de quatrième au niveau mondial à  satisfaire la norme dans les industries extractives.

A la tête du Comité national de l’Itie, qui regroupe l’Etat, des entreprises, des investisseurs et la Société civile, Eva Marie Coll sera à  la hauteur des bilans de ses prédécesseurs, Ismaà¯la Madior Fall et Mankeur Ndiaye. Son pedigree et ses états de service fondent à  répondre par l’affirmative. Eva Marie Coll Seck est l’un des médecins sénégalais les plus réputés, qui a à  son actif une carrière internationale des plus reluisantes.

Infectiologue, cette ancienne sociétaire de l’équipe de basket-ball de la Jeanne d’Arc de Dakar, fut en effet, en 1984, à  33 ans, la première femme agrégée de médecine au Sénégal. Deux ans plus tard, elle enregistre une autre performance singulière : elle diagnostique, en 1986, le premier cas de sida, au Sénégal. Cependant, les études et la recherche, pour ne pas dire les nombreuses formations en méthodologie et pédagogie qu’elle enchaîne, ne l’éloignent pas d’un autre terrain de prédilection, le syndicalisme, pas éloigné de la politique : elle est membre fondateur du Syndicat unique des travailleurs de la santé et de l’action sociale (Sutsas).

En 1989, elle est nommée professeur titulaire de la chaire de maladies infectieuses à  l’université de Dakar et chef du service des maladies infectieuses au centre hospitalier universitaire de Fann (Dakar). Ensuite, s’ouvre pour elle une brillante carrière internationale qui culminera avec sa nomination, en 2004, comme Directrice exécutive du Partenariat «Roll Back Malaria» (Faire reculer le paludisme). Organisme créé par l’Organisation mondiale de la santé (Oms), le Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), l’Unicef et la Banque mondiale (Bm), aux commandes duquel elle restera jusqu’en 2012.

Avec Le Soleil 

 

Ibrahima BALDE

Top