Les majors subissent des pertes record en 2020, le pic pétrolier est-t-il déjà  atteint?

By ITIE SENEGAL on Fév 19 in Actualités.

Le ralentissement économique entrainé par la pandémie COVID-19 et l’accélération de la transition énergétique ont créé une nouvelle réalité pour l’industrie pétrolière et gazière mondiale, dont la production atteindra un pic plus bas et plus tôt que prévu, selon Rystad Energy.

Le ralentissement économique dû à  la pandémie COVID-19 et l’accélération de la transition énergétique ont créé une nouvelle réalité pour l’industrie pétrolière et gazière mondiale, dont la production atteindra un pic plus bas et plus tôt que prévu, selon Rystad Energy. En effet, Les cinq supermajors intégrés – ExxonMobil, BP, Shell, Chevron et Total – ont enregistré une perte record combinée de 76 milliards de dollars en 2020.

La majeure partie de cette perte, 69 milliards de dollars, peut être attribuée aux dépréciations d’actifs et aux radiations alors que les supermajors ont réévalué leur stratégie pour devenir moins dépendants du pétrole. Leur production combinée de pétrole et de gaz a chuté de près de 5%, soit 900 000 bep* / j, en 2020 par rapport à  l’année précédente.

Des objectifs d’émissions plus faibles de CO2 et une demande d’énergie plus propre ont eu un impact significatif sur les perspectives de production à  long terme des majors. Rystad Energy prévoit une production nette des majors d’environ 17,5 millions de bep / j en 2025 et qui culminera à  environ 18 millions de bep / j en 2028, sur la base des dernières projections. Pour rappel, les prévisions internes en février 2020 – avant les ondes de choc de la COVID-19 s’élevaient à  19 millions de bep / j pour 2025 et 20 millions de bep / j en 2028.

«L’année dernière a certainement éprouvé les majors pétrolières et gazières comme jamais auparavant. On peut s’attendre à  une certaine reprise dans un proche avenir alors que la demande rebondit et que les prix du pétrole franchissent la barre des 60 dollars. Cependant, la clé du succès pour les cinq majors au cours de la prochaine décennie sera de renforcer leurs activités dans des régions plus résilientes, de les restructurer et de les redimensionner pour répondre aux besoins du marché et de rembourser leurs niveaux d’endettement élevés », a déclaré Rahul Choudhary, analyste de l’amont chez Rystad Energy.

Le bénéfice net des majors a fortement baissé l’année dernière! Les faibles prix du pétrole, la réduction de la production de l’OPEP, l’effondrement des marges de raffinage et la faiblesse des marges sur les produits chimiques n’ont laissé aucun segment d’activité indemne. Les cinq majors ont déclaré des pertes nettes en 2020, ExxonMobil ayant déclaré la plus importante avec 22,4 milliards de dollars, suivies par Shell et BP, qui ont également subi des pertes de plus de 20 milliards de dollars. Total et Chevron s’en sont relativement mieux tirés, avec des pertes nettes de 5 à  6 milliards de dollars.

Avant la COVID-19 et la chute des prix, la plupart des entreprises prévoyaient un prix du pétrole de 70 à  80 dollars / baril, ce qui leur permettait de poursuivre des projets plus coûteux. Après la chute des prix et avec l’incertitude persistante quant à  la demande future de pétrole, les entreprises ont réduit les hypothèses de prix à  55-70 $ / baril, rendant les projets à  coût élevé non viables.

Les majors européennes Shell et BP ont enregistré la plus forte baisse de production d’une année comparée à  l’autre avec environ 300 000 bep / j chacune, tandis qu’ExxonMobil et Total ont réduit la production de 200 000 bep / j et 150 000 bep / j, respectivement. Chevron a été la seule grande à  augmenter sa production en 2020, en grande partie en raison de son acquisition de 13 milliards de dollars de Noble Energy qui a partiellement compensé les réductions de production.

à€ la fin de l’année, les réductions totales des dépenses s’établissaient à  26 milliards de dollars, soit 32% des prévisions initialement annoncées par les cinq majors. La plupart des réductions de capex concernent des projets de développement de nouveaux sites, car les majors attendent une reprise des prix et de la demande avant de lancer de nouveaux projets.

Rystad Energy estime que les cinq majors ont approuvé 30 milliards de dollars de moins en investissements greenfield (nouveaux champs à  exploiter) en 2020 par rapport à  2019 – soit une baisse de 90%.

Les majors américaines ExxonMobil et Chevron ont levé par ailleurs, un montant record de dettes au cours de l’année, ajoutant respectivement 19 milliards et 18 milliards de dollars à  leur dette nette. En conséquence, les deux majors ont augmenté leur ratio de démultiplication de 10% en 2020. Le ratio de démultiplication de Chevron reste inférieur à  25%. Le ratio d’endettement d’ExxonMobil est désormais proche de 30% et la société prévoit d’éviter toute dette supplémentaire dans un proche avenir. En raison du lourd fardeau de la dette, les deux majors ont vu leurs notes de crédit S&P abaissées d’un cran à  AA- par rapport à  AA.

Ces constats posent des inquiétudes également dans les pays o๠les projets pétroliers et gaziers sont en phase d’approbation ou de développement.

* Note pour le bep. Comme la tonne « équivalent pétrole » (tep ou toe en anglais), le baril « équivalent pétrole » (bep ou boe en anglais) est une unité conventionnelle permettant la comparaison entre différentes sources d’énergie, notamment entre le pétrole, le gaz naturel et le charbon.

Les différentes quantités d’énergies fossiles peuvent ainsi être ramenées au nombre d’unités de pétrole brut qui possèdent le même pouvoir calorifique. Cela permet notamment aux groupes pétro-pétroliers d’exprimer dans une même unité leurs productions ou leurs réserves de pétrole et de gaz naturel et de les additionner dans leurs bilans

Une tonne de pétrole brut a un pouvoir calorifique de près de 42 GJ en moyenne (1 GJ = 1 milliard de Joules). Sachant que 1 000 mde gaz naturel ont, en moyenne, un pouvoir calorifique de 38 GJ, il est possible d’exprimer le pouvoir calorifique d’un volume de gaz en « équivalent pétrolier » avec la conversion suivante : 1000 m3 de gaz â‰ˆ 0,9 tep (inversement 1 tep ≈ 1 100 m3 de gaz).

Les volumes de pétrole sont souvent exprimés en barils (près de 159 litres). La densité du pétrole varie et l’agence internationale de l’énergie (AIE) utilise comme convention qu’une tonne de pétrole contient environ 6,84 barils (BP utilise comme convention 1 tonne de pétrole = 7 barils).

L’Agence Internationale de l’Energie retient ainsi les équivalences suivantes :

  • 1 bep = 0,146 tep = 161 m3 de gaz ;
  • 1 000 m3 gaz = 6,2 bep.

ITIE SENEGAL

Top