Revue Hebdo Vendredi 09 Avril 2021

By ITIE SENEGAL on Avr 11 in Newsletter_post.

Le pétrole refroidi par la progression de la COVID-19

Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement baissé vendredi, refroidis par l’évolution de la pandémie de Covid-19 sur des marchés porteurs pour la demande comme l’Inde ainsi que par la possibilité d’une augmentation de la production iranienne.


Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin a fini en hausse de 62,95 dollars à  Londres, en retrait de 0,40% ou 25 cents. par rapport à  la clôture de la veille.

A New York, le baril américain le WTI pour le mois de mai a baissé de 0,47% ou 28 cents, à  59,32 dollars.

« L’aggravation de la pandémie dans certaines parties du monde » affaiblit les cours du brut, souligne l’analyste de PVM Stephen Brennock, citant par exemple l’Inde, pays « crucial pour la reprise de la demande » de brut.

Plus de 126.000 nouvelles infections y ont été détectées jeudi, soit plus de 10 fois plus que les chiffres du mois de février, et environ 1,8 million de nouveaux cas ont été enregistrés depuis le 1er mars.

Par ailleurs, les marchés pétroliers « continuent de surveiller l’évolution des négociations entre les États-Unis et l’Iran à  Vienne », a souligné Jeffrey Halley, de Oanda.

Des discussions ont lieu depuis mardi entre Téhéran et d’autres puissances mondiales pour tenter de sauver l’accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015 et pour lever les sanctions américaines sur la République islamique.

L’Iran, dont l’industrie pétrolière est soumise à  embargo par les États-Unis, produit actuellement 2,1 millions de barils par jour de pétrole brut, selon les derniers chiffres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) dont le pays fait partie.

Il y a trois ans, avant l’avalanche de sanctions économiques et financières américaines, Téhéran produisait 3,8 millions de barils chaque jour, un volume qui serait aujourd’hui difficile à  absorber par un marché toujours fragilisé par la pandémie.


L’or a atteint un sommet de quatre semaines à  1 757 $ US l’once Vendredi après un mois de mars décevant.

Le rallye début avril est dû à  la baisse des rendements des bons du Trésor à  10 ans et à  la baisse du dollar américain.

Après avoir glissé à  un creux de six mois à  1 721 $ US lundi 5 avril, le métal jaune a réalisé deux gains importants, franchissant le seuil de 1 750 $ US jeudi 8 avril.

Alors que le dollar et les rendements ont inversé leur cours en fin de semaine, l’or a été alourdi à  1 745 $ US.

Le métal doré s’échangeait ainsi autour de 1743,49 USD l’once, et l’argent autour de 25.29 USD en fin de séance ce Vendredi .

Le cours du cuivre passe la barre des 9.000$ par tonne

Le cuivre a dépassé la barre des 9.000 $ US la tonne après être passé de 8.768 $ US au début de la semaine. L’oscillation des prix correspond au gonflement des stocks dans les entrepôts de Londres.

«Le métal rouge a atteint un sommet de 9.104 dollars en deux semaines lundi, mais il y a eu des livraisons régulières de cuivre dans les entrepôts du LME au cours des derniers jours», note un rapport de vendredi Fastmarkets.

«7.000 tonnes supplémentaires ont été livrées à  Rotterdam vendredi, après 7.875 tonnes jeudi à  Rotterdam et à  Trieste.» Vendredi, les prix ont glissé à  8.947,50 $ US la tonne.

Sur le London Metal Exchange, le prix du cuivre semble être dopé par la reprise économique post-Covid, notamment en Chine, premier importateur mondial de matières premières.

Sur le LME, la tonne de cuivre pour livraison dans trois mois s’échangeait pour 8947,50 dollars le vendredi à  la clôture.

«Les prix du nickel restent globalement positifs et, sur la base du positionnement actuel des investisseurs du LME, ont de la marge pour remonter. Mais nous avons besoin de nickel pour combler l’écart de graphique exceptionnel entre 16250 et 16330 $ la tonne, alors que nous notons que les indicateurs de dynamique plus larges risquent de baisser », a écrit James Moore, analyste de Fastmarkets.

Une tonne de nickel a été évaluée à  16595 $ US vendredi.


La tonne de Zircon premium s’échange sur le marché chinois entre 1320 et 1450 dollars la tonne CIF (Cost Insurance Fret).

Mining Bulletin market report on April 9-2021


Perspectives du phosphate en 2021: les prix devraient rester élevés

De décembre 2020 à  mi-janvier 2021, le prix du DAP américain a augmenté de 7,73%; il est en hausse de 64% depuis janvier 2020. La demande devrait augmenter au cours des cinq prochaines années, parallèlement à  l’augmentation de la population mondiale. En fait, la population mondiale devrait grimper au-dessus de 8 milliards au cours des cinq prochaines années, avec une augmentation des terres arables.

Simultanément, de nouveaux projets devraient devenir opérationnels en Egypte, au Maroc, en Chine et en Arabie Saoudite dans les années à  venir.

                                                                                                Prix unitaire ($/tonne de phosphate)

Le prix de la tonne de Phosphate rock (Morocco), 70% BPL, s’échange durant le mois autour de 90 dollars USD.

ITIE SENEGAL

Top